Poète, comédien

Olivier_Morin.jpg
Olivier Morin
 

Poète, diseur, auteur de chroniques poli-poétiques, comédien trafiquant de mots, auteur de 17 recueils de textes poétiques et de deux CDs avec Emmanuel Valeur.

Il puise son inspiration dans son histoire vigneronne et dans la musicalité des mots.

 

Il dit ses textes, il ne chante pas et pourtant l’alexandrin sonne comme un voyage musical.
 

radiofrance-2016.jpgRadio-France-fete-le-livre-1-2016.jpg

 

Les 4 dernières nouvelles

Retrouvez nous autour de la tribu Malaussène
          le vendredi 21 avril à Montarnaud.
 

Philippe-Reyne.JPG
 

Ce sera l'occasion de nous replonger dans l'univers de Belleville et de toucher du doigt les difficultés du métier de bouc émissaire.
Un texte connu et reconnu de Daniel Pennac, mis en scène par Nadine Jadin-Pouilly avec Philippe Reyné accompagné de ses multiples acolytes.

Réservations par mail obligatoires.


Un nouveau mouvement: "ON MARCHE" - par Olivier-Morin le 02/03/2017 # 14:43

Rejoignez "ON MARCHE" sur la tête, OM.jpeg


le mouvement de ceux qui en ont plein les bottes.

"PAS D'UNION PAS DE BULLETIN, 
PAS D'OIGNON PAS DE GRATIN


Un slogan simple et goûteux, sérieux et poétiquement dérisoire


À diffuser Merci.


"LE GANG DES PASTICHES" (Détournements majeurs) - par Olivier-Morin le 16/02/2017 # 14:27

19 grands textes de la poésie française détournés.
Bientôt en spectacle et en musique.

COUV2017_Gang.jpg

Est-ce ainsi que les hommes vivent ?
- Louis Aragon

 
Tout est affaire de décor

Changer de lit changer de corps

A quoi bon puisque c'est encore

Moi qui moi-même me trahis

Moi qui me traîne et m'éparpille

Et mon ombre se déshabille

Dans les bras semblables des filles

Où j'ai cru trouver un pays.

Cœur léger cœur changeant cœur lourd

Le temps de rêver est bien court

Que faut-il faire de mes jours

Que faut-il faire de mes nuits

Je n'avais amour ni demeure

Nulle part où je vive ou meure

Je passais comme la rumeur

Je m'endormais comme le bruit.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.



 
Est-ce ainsi que les ormes vivent

 
Tout est à faire de leur écorce
Arbres bien droits et arbres torses
Tout est bon puisque je m’efforce
Moi qui quand même les raccourcis
Moi qui les traîne et les débite
Et leur ombre qui se délite
Dans les bois près de ma guérite
Où j’ai cru trouver une scie
Corps chargé corps pesant corps lourd
Le temps de charger et on court
Il faut le faire tous les jours
Il faut le faire et c’est l’ennui
Je n’avais amarre ni demeure
Nulle part où je vive où meure
Je bossais comme les rameurs
Je m’endormais avant la nuit
Est-ce ainsi que les ormes vivent
Et leurs aubiers, les flammes ravivent


EXODE le 27 01 2017 à Aumelas au clos de l'amandaie - par Olivier-Morin le 26/01/2017 # 00:19

Nous présentons notre récital "EXODES" vendredi 27 janvier à Aumelas

 dans le cadre d'une soirée consacrée aux migrations et aux migrants.

Téléchargez l'affiche en cliquant ici!