La librairie Morin

Ouvrages poétiques.

        •Exodes 2017
     
        •
Le gang des pastiches  2017

        •Nous sommes tous des s' en vont... 2016

        • Et sous le vent, va soulevant 2015

        • Archipel, archipel 2015

        • Et je roulais, et je roulais 2014

        • Les Poètes se lèvent tôt 2014

        • Chroniques Polipoétique 2013

        • Si le lit c’est l’arène 2013

        • Flagrants délices 2012

        • Odyssée 2012 (avec CD)

        • Manifeste 2011

        • Quand il fera moins mille 2011

        • J’aurais dit cette nuit 2010

        • S’il pleuvait sur l’amer 2010

        • La voix de l’ours 2010

        • Ils sont venus 2010 (avec CD)

        • Dans l’argile des mots 2009

        • Je te crie 2008 

http://librairie.oliviermorin.fr/index.php?id_product=27&controller=product

  • La librairie Morin

    En voici quelques-uns, vous pouvez les feuilleter ici. 

    Bonne lecture !
     

    "Et sous le vent, va soulevant"

    Et sous le vent, va soulevant

    Toute haletante, ta robe au vent

    Et de tout temps, toute halte tente,

    Et tout se tend et tout se tente
     

    État tentant, état latent,

    Le temps s’étale, c’est haletant

    L’étang s’étale, l’étang se tend,

    Et tant et tant, le temps détale
     

    Le temps dédale, le temps détale

    Dédale du vent, du vent d’Autan

    Autant de vent, le vent dévale

    Le vent dépend du val devant

        

    "Archipel, archipel ..."

    Les mots, c’est comme les îles,

    Le texte, c’est l’archipel,
     

    L’archipel, l’archipel,

    C’est un sous entendu,

    C’est un cri dans la mer

    C’est croire qu’on a tout vu

    C’est un mouchoir de terre
     

    L’archipel, l’archipel,

    C’est un chemin de verre,

    Une passerelle invisible

    Pour raccrocher les terres

    Quelque chose d’indicible

    "Et je roulais, et je roulais ..."

    Et je roulais, et je roulais, et je

    roulais.Combien ? Je ne sais plus.

    Combien ?Beaucoup, beaucoup trop.

     

    J’avais au bout du bras comme un

    rouleau de magicien et je roulais.


    J’avais au bout du bras comme un

    rouleau pour effacer les lignes et

    m’envoyer au ciel.


Date de création : 27/01/2016 # 00:39
Catégorie : - Vidéo
Précédent  
  Suivant